top of page
  • Daniel

Protéger les fleurs est-il de gauche ?

Je pense que OUI. Car le souci de préservation des créatures les plus vulnérables n'est pas si différent selon qu'elles soient humaines, animales ou végétales.

L'helléborine à petites feuilles est une orchidées des sous-bois qui produit de petites fleurs sentant la vanille. J'en ai découvert une population à Onex (chemin du Pont-du-Centenaire) en 1991, et comme c'était la première mention de cette espèce pour le canton de Genève, nous l'avons décrite dans un article publié avec Bertrand Von Arx (devenu depuis Directeur de la biodiversité à l'Etat de Genève). Je l'ai observée chaque année jusqu'en 2004, puis à nouveau en 2022 (une quinzaine d'individus ). Même si elle n'est pas réellement menacée, le débroussaillage du bas-côté de la route en a détruit la moitié environ cette année, avant qu'elles ne produisent des graines.

La spiranthe d'automne est une autre orchidée, qui fleurit en août-septembre dans certaines prairies maigres, et dont les petites fleurs blanches sont arrangées en colimaçon tournant soit à gauche, soit à droite (et pouvant faire jusqu'à quatre tours sur la longueur de l'inflorescence). Je l'ai trouvée à Onex en 2018 dans les environs de la pataugeoire, en trois populations totalisant près de cent-cinquante individus. Malgré mes alertes répétées aux autorités cantonales et onésiennes chaque année, il n'a jamais été possible jusqu'ici de réellement la préserver de la tonte .

Pour encourager l'application de la loi qui protège ces deux espèces rares, j'ai soumis un projet de motion qui a été approuvé (par vingt-et-une voix pour, deux voix contre et cinq abstentions) au Conseil Municipal d'Onex du 15 novembre dernier. Reste à voir ce que répondra le Conseil Administratif, et surtout ce qui sera fait concrètement sur le terrain : certaines mesures simples en apparence peuvent prendre du temps à s'imposer dans la pratique.

A gauche : helléborine à petites feuilles, à droite : spiranthe d'automne.


Je rêve d'un monde dont les habitants connaîtraient la nature qui les entoure, et en protégeraient la flore et la faune rare sans avoir besoin de lois et de motions. En attendant qu'un tel monde advienne, restent des outils légaux et politiques pour préserver ce qui peut l'être, et j'ai fait une affaire personnelle de la cause des helléborines et des spiranthes d'Onex. Rendez-vous l'année prochaine pour aller les voir là où elles poussent, avec tous ceux que ça intéresse !


Philippe Cuénoud, conseilller municipal PSO

57 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page